Paul Delvaux, l’homme qui aimait les trains